En ce moment « L’exposition « Only Lovers » accueille le Cabinet Extra Lucide pour une nouvelle série de tirages de cartes et lectures d’avenir. A l’occasion de l’Officielle Art Fair en octobre dernier, Noémie Monier a rencontré Hélène Garcia et Emile Degorce-Dumas pour un entretien aux rôles inversés : s’ils interprètent les réponses offertes par les cartes, ici ce sont eux et leur projet performatif que les questions tentent d’élucider

Noémie Monier : Racontez-moi comment est né votre projet ?

Tirage 1

« Ton téléphone est un homard »  

« Convexe »

NM : Ton téléphone est un homard ?!

Hélène Garcia : Oui ! Il est là, il est posé et il est vivant, on ne peut pas se passer de lui. « Convexe », c’est l’idée du plein, de la rondeur, un format généreux : comme nous !

Emile Degorce-Dumas :  Dans la première carte il y a le téléphone et le homard, deux éléments qui s’emboitent, un peu comme des clips

NM : C’est la rencontre de deux éléments 

HG : C’est le reflet des rencontres et des visites qui se succèdent ici

NM : Un reflet déformé du coup !

HG : Oui un miroir infidèle, comme un oeil de sorcière

NM : A qui s’adresse ce projet ? Qui sont ces gens qui viennent vous voir ?

Tirage 2

« Rive gauche »

« Vénus de Willendorf »

EDD : les philanthropes fun, les curieux, et pour la Rive Gauche : « Les porteurs de Rolex » 

HG : Et les Vénus

EDD : Surtout les femmes 

HG : C’est vrai qu’on a beaucoup de femmes ! Deux tiers de femmes en fait. Les hommes ont plus de réticence…

NM : Votre intérêt pour le tirage de carte est-il seulement ludique ou est-ce que vous avez une réelle croyance envers les pouvoirs divinatoires ?

autruche_politisée

« Retable »

« Autruche politisée »

NM : Tout ça est très sérieux en effet !

HG : Tirage cruel… Mais qui n’est pas si faux non plus !

EDD  : Oui, du coup le « retable » c’est comme un frigo américain, on peut mélanger autant de la mayo avec un plat gastro, des glaçons, un peu de tout et c’est aussi le but de notre projet, mélanger l’intérêt sincère pour la voyance, le jeu, la rencontre et l’imprévisible

HG : On est dans le contexte d’une foire aussi, donc il y a des codes à respecter, ce qui peut expliquer cette « autruche politisée ». De même qu’en étant face à toi, nous sommes dans un certain protocole, on essaie de paraître à notre avantage, finalement on fait tous un peu l’autruche !

NM : Avez-vous recours au tirage de carte à titre personnel ?

Tirage 3

« Pierre d’Agathe »

« Gloriole »

HG : Ah oui, regarde, si ça c’est pas de la voyance ! Tout y est.

EDD   : Il y a le côté brillant, sacré

HG : Le côté éternel, envoutant, les deux partent d’un centre et se diffusent, c’est un mouvement vers l’extérieur

NM : Avez-vous été initié au tirage de carte ?

Tirage 4

« Production en série »

« Le soleil ne se couche jamais sur votre empire »

EDD: C’est en forgeant qu’on devient forgeron !

HG : Ça c’est Emile (elle montre le serpent à deux têtes de la carte), il a toujours eu cet espèce de don d’ubiquité. Puis il y a deux entité distincte aussi, qui pourraient aussi être Emile et moi

NM : C’est l’expérience et l’instinct, il y a les deux aspects

EDD : Un cabinet de voyance c’est un peu une cellule psychologique

HG : Oui mais ça on ne peut pas vraiment en parler… Secret professionnel oblige 😉

NM : Est-ce que ça vous sert de prétexte pour parler de mysticisme et de spiritualité ? 

Tirage 5

« L’excuse »

« BIZ »

HG : D’après les cartes :  l’humour facilite le business, et nous fournit un bon moyen d’arriver à nos fins…

EDD : Et voilà le pretexte !

NM : Comment fonctionne votre collaboration ? Comme vous tirez les cartes à deux, comment ça se passe quand vous n’êtes pas d’accord ? 

Tirage 6

« Immunité suisse »

« Amour gloire et beauté »

HG : Oui ça arrive que nous ne soyons pas d’accord, mais comme le couteau suisse nous avons une complémentarité et un compte commun !

EDD  : On peut passer d’un registre à l’autre, mais toujours avec une volonté bienveillante de souhaiter amour, gloire et beauté à celui qui est face à nous.

NM : Est-ce que vous définiriez ce projet comme une forme d’expérimentation artistique ? 

Tirage 7

« Salon des refusés »  

« Met de l’huile »

HG : Salon des refusés, ce doit se référer à la Cité de la mode et du design, c’est une intervention spécialement conçue pour cette occasion et on vient mettre un peu d’huile dans ce salon des refusés !

EDD : On essaie d’apporter quelque chose, de répondre à l’invitation, on a créé un jeu donc c’est aussi l’objet, apporter de la légèreté, comme un clin d’oeil.

NM : Vous le considérez comme une performance ? 

EDD : Oui, tout à fait.

NM : Quel est le lien justement entre l’art, la magie, la croyance ? Peut-on se défaire de la dérision quand on s’attaque à ces questions-là ? 

Tirage 8

« Matériaux pauvres »

« Sfumato »

EDD : Là on n’est pas d’accord.. (à propos de l’interprétation des cartes)

HG : « Matériaux pauvres » (la carte représente un collier de nouilles) à travers la magie peut être perçu comme la valeur sentimentale et symbolique des choses ; in fine ce sont juste des cartes et des rencontres mais ça peut avoir un impact beaucoup plus fort, car l’objet est incarné. C’est un peu comme comparer le cadeau DIY (Do It Yourself) de fête des mères et une belle babiole de la place Vendôme.

« Sfumato » renvoie à quelque chose de vivant, qui réagit et crée une force parfois très brutale, ou plus imperceptible comme un filtre opaque. Avec Émile on essaye de percevoir à travers cette brume justement.

EDD  : On va plus mettre en valeur ce que produit la rencontre, l’interaction qui peut avoir quelque chose de magique parce qu’en fait les images et les mots laissent quand même une grande part d’impalpable. L’accent est mis sur cette rencontre, on ne parle presque jamais de l’installation qu’il y a dans le chalet et des oeuvres qui y sont présentées.

HG : Ça fait partie d’un tout, c’est vraiment l’idée d’une oeuvre globale, évolutive, nourrie par chaque personne rencontrée.

NM : Est-ce avant tout une démarche humoristique ?

HG : Oui disons que c’est vraiment un mélange des deux, de sérieux et de légèreté, il y a une part d’interprétation aussi. Il y a des choses assez étonnantes qui se produisent, tout dépend de la personne qu’on a en face de nous. Si elle est prête à jouer vraiment le jeu et se livrer, le résultat est très surprenant.

EDD : Les cartes parlent d’elles-mêmes !

HG : Le plus souvent ça produit quelque chose, chacun est libre ensuite d’y accorder de la crédibilité, comme face à n’importe quelle situation magique. 

NM : Et justement par rapport à cette dimension intime que vous partagez avec les gens qui se présentent, y a-t-il des traits communs entre les questions qui sont posées ? Est-ce que vous avez eu des surprises ? 

HG : C’est souvent amour, santé, travail, mais parfois il y a des récalcitrants lors des premières questions, mais ils se laissent très rapidement prendre au jeu. 

EDD : C’est aussi drôle de voir la confiance qui se crée grâce aux cartes, ils se dévoilent et le filtre tombe, il n’y a plus d’écran, il peut presque y a voir une sorte de manque de pudeur parfois. Donc ça c’est sérieux, c’est leur réel.

HG : C’est sûr qu’il y a un vrai dévoilement. Cela peut entraîner des réactions vives, surtout lorsque la réponse que l’on donne n’était pas celle qui était espérée ! Et pour chaque personne, on finit avec le tirage d’une carte d’humeur du moment (« Current mood« ), ça permet de terminer sur une note plus générale, en élargissant les perspectives. 

IMG_1861

extra

Entretien réalisé par Noémie Monier

Plus d’information

Exposition « Only Lovers » visible à l’espace d’art Le Coeur du 3 au 21 février 2016, voir le site
Le site d’Hélène

Le site d’Emile