Partie pendant six mois à Rio, c’est là-bas, entourée des montagnes, que Julia Gault a choisi pour point d’attache les questions liées à l’ascension, la gravité, la chute. Etudiante en cinquième année à l’ENSAD, l’artiste a depuis axé son travail autour de l’idée de la verticalité et de ses dynamiques opposées.

Accompagnée par le curateur Timothée Viale lors de la dernière édition du dernier Prix Dauphine pour l’Art Contemporain, l’artiste y présente « Attractions », un ensemble de pièces testant la capacité de la matière à être élevée.

« Plusieurs choses m’intéressent dans la notion de verticalité : la condition de l’homme d’abord, qui est maintenu au sol par la gravité, la posture verticale de l’être humain évidemment fragile, et toutes les questions liées à la spiritualité : la volonté de s’élever, de s’émanciper de tout ce qui nous maintient au sol et qui fait que finalement nous sommes des êtres humains. »

Julia Gault, couleur du temps

Julia Gault, couleur du temps, affiches de métro, colle. 350 x 50 cm. 2014

Ainsi, partant d’un matériau trivial et éphémère du sous-sol, « Couleur du temps » tente de matérialiser par les dos bleutés d’affiches de métro la splendeur du ciel, délivrant une sensation d’élévation et de fragilité.

Julia Gault, le porteur, vidéo de 12mn, Rio de Janeiro. 2015

Julia Gault, le porteur, vidéo de 12mn, Rio de Janeiro. 2015

Faisant écho à cette idée d’ascension, une vidéo intitulée « Le Porteur » diffuse en continu l’image d’un homme gravant les marches interminables d’une favela, accablé d’un sac de briques. « Ce qui m’intéressait ici était de tester la résistance d’un corps dans cette idée d’ascension d’une montagne, d’étudier la condition du corps qui se fatigue, surtout lorsqu’il porte sur son dos un poids qui l’attire vers le sol ».

Julia Gault,, Jusqu’ici tout va bien, briques en terre cuite et billes de verre, dimensions variables. 2016

Julia Gault,, Jusqu’ici tout va bien, briques en terre cuite et billes de verre, dimensions variables. 2016

Se jouant toujours de l’attraction terrestre, l’installation « Jusqu’ici tout va bien » met en scène une érection de la matière dans un équilibre précaire. « Cette pièce parle de l’instabilité des sols, et des éboulements de terrain en montagne, qui sont un mélange de terre, d’eau et de gravité ». Ici, des briques en terre cuite s’érigent sur des billes de verres, qui évoquent à la fois la goutte d’eau et une chute certaine.

Julia Gault, la Sainte Victoire, bois brûlés et cendre, dimensions variables. 2015

Julia Gault, la Sainte Victoire, bois brûlés et cendre, dimensions variables. 2015

Eriger la matière, et prendre le risque qu’elle retombe. Une volonté chère à Julia Gault, et corroborée dans son installation « La Sainte-Victoire », à travers laquelle l’artiste tente d’élever entre elles des branches brulées par des points de contacts très faibles, créant ainsi un relief, une matière en mouvement qui se dresse de manière incertaine. « Le titre de l’œuvre fait référence à l’incendie dévastateur de la Sainte-Victoire en 1989, mais il faut aussi y voir l’idée de la victoire. Les branches et la cendre évoquent la mort mais on tend à une forme plus dynamique qui s’élève, l’idée c’est de tenir bon et de tenir debout. » Cette contrainte de la fragilité résonne dans « Vertige », et « Hors de Portée », sculptures diaphanes en porcelaine creuse extra-fine. Par l’extrême fragilité de ce matériau, les objets supports, prolongement du corps humain, que sont la canne ou la prise d’escalade se retrouvent privés de toute leur finalité. Lorsque « Vertiges » évoque la fragilité de la posture verticale de l’homme, « Hors de portée » rend l’ascension impraticable, l’élévation impossible… à moins de s’émanciper de toute apesanteur terrestre, de devenir immatériel.

Julia Gault, vertige, porcelaine creuse, 75 x 10 x 4 cm. 2016

Julia Gault, vertige, porcelaine creuse, 75 x 10 x 4 cm. 2016

Julia Gault, hors de portée, porcelaine creuse, clou de cuivre, dimensions variables. 2016 Série de trois prises, Édition 12 exemplaires

Julia Gault, hors de portée, porcelaine creuse, clou de cuivre, dimensions variables. 2016 Série de trois prises, Édition 12 exemplaires