Entrer dans l’atelier de Timothée Dufresne, c’est comme entrer dans une salle de jeux ; des œuvres et objets colorés sont éparpillés au sol, les étagères grouillent de livres, de pots de peintures, de boîtes comme celle composée de pièces en bois formant un puzzle hélicoïdal coloré.

Artiste du jeu, jeu de mots comme jeu de formes, Timothée Dufresne développe autour de la transformation tant sémantique que matérielle, un abécédaire de formes. Ainsi, la question formelle est centrale dans son travail, l’artiste jongle par répétition, combinaison, confrontation avec l’environnement spatial mais aussi avec le corps. Loin d’être un artiste naïf, Timothée Dufresne, par une démarche empirique, cherche à faire le lien entre l’expérience physique de l’espace et une expérience intime, qu’il nomme « esprit d’enfance ». Sculptures, installations, vidéos et performances, le travail de cet artiste est protéiforme. Les éléments qu’il utilise pour ses pièces font écho à sa problématique ; en effet, il réutilise un même élément dans plusieurs de ses œuvres.

Dès lors, les œuvres de Timothée Dufresne sont mouvantes, à l’opposé de l’état physique figé du tableau, elles se passent de frontières ; l’artiste réalise cependant des tableaux évolutifs dans ses vidéos. Artiste de la mobilité, Timothée Dufresne à la suite de Robert Filliou, crée son propre monde où les signes, les formes, les sons et les mots s’entremêlent, repoussant alors, non sans une certaine malice, les limites du rapport à l’œuvre.

L’artiste participe jusqu’au 13 février 2016, à l’exposition de groupe « Tout doit disparaître » à La Maudite, 4 rue Jouye-Rouve, Paris 20. http://www.lamaudite.net/

Crédit Photo Timothée Dufresne