Let go est une incitation au lâcher prise par la « suspension consentie de l’incrédulité », expression de Coleridge datant de 1817 décrivant l’opération mentale qu’effectue le lecteur ou le spectateur d’une oeuvre de fiction qui accepte, le temps de sa consultation, de mettre de côté son scepticisme.

Ici mise au regard de notre appréhension du monde en générale, elle désigne l’envie de croire et les mécanismes d’aveuglément lucide qui nous permettent d’y parvenir.

Walking-by(détail)_Mélanie-Villemot_2016_c-photo-Anita-Gauran_web

Mélanie Villemot, Walking-by (détail), 2016, photo Anita Gauran

Let go encourage ainsi non sans un certain désabusement à reconsidérer la valeur que nous accordons à la vérité, et invite le spectateur à se détourner volontairement du monde considéré comme « réel » pour se laisser couler dans l’univers suranné d’un paysage de carte postale, d’un coucher de soleil sur la mer, d’un cocktail au bord d’une piscine.

Let-go_exposition-Mélanie-Villemot_2016_c-photo-Anita-Gauran_web

Mélanie-Villemot, Let-go, 2016, photo Anita Gauran

Walking-by(détail)_Mélanie-Villemot_2016_c-photo-Mélanie-Villemot_web

Mélanie Villemot, Walking-by (détail), 2016, photo de l’artiste

L’exposition s’ouvre sur une surface turquoise, dallage de sable coloré qui quadrille l’espace. La rigidité imposée à cette matière par nature insaisissable crée un contraste, rigueur de l’idée imposée au matériau, motif « géométrique, ordonné, antinaturel »* appliqué à une substance molle. Évoquant tout à la fois la plage, les cartes postales saturées de bleu, le maillage d’une modélisation 3D, la grille moderniste ou le carrelage d’une piscine, Walking by néglige les frontières entre réalité et fiction, invitant la seconde à investir la première, et inversement.

S’en suit un présentoir en plexiglas, tableau au motif composé d’une myriade de cocktails irisés du rouge au jaune. Rite de passage, quasiment de l’ordre de la communion, Sunset scelle le pacte de croyance évoqué précédemment. En prenant un verre, le spectateur devient complice, et collabore dès lors à la mise en scène qu’il voit. Il peut alors siroter son verre dans cet espace ambigu, dans cet univers virtuel qui prend corps sous et dans ses yeux.

Sunset_Mélanie Villemot_2016_cr photo Ekarat Tosomboon2

Mélanie Villemot, Sunset, 2016, photo Ekarat Tosomboon

* Krauss Rosalind. Grilles. In: Communications, 34, 1981. p. 167

Plus d’informations

Une exposition de Mélanie Villemot présentée en Janvier 2016, sur une invitation d’INIT.collectif à la Galerie du 48, Rennes.

Le site web de l’artiste