Née en 1987 à Blois, Pauline Toyer a étudié aux Beaux-Arts de Bourges puis a été résidente du post- diplôme de l’ENSBA Lyon en 2013. Elle a participé à plusieurs expositions personnelles et collectives, notamment à Pollen (Monflanquin), au Vestibule de la Maison Rouge (Paris), ainsi qu’à la Temporary Gallery (Cologne). Son attrait pour l’oeuvre in progress l’emmène à penser des sculptures évolutives, exposées et activées à la Cité des Sciences et de l’Industrie, ou lors de l’Atelier des Testeurs à la Chalet Society (Paris). Elle vit et travaille entre Paris et Blois, de là, un va-et-vient entre différents lieux et résidences lui permet de maintenir ses objets en mouvement.

Les Soubassements 2015, Béton cellulaire, plâtre, néon, terre et eau, 12m2, variable

Les Soubassements, 2015, Béton cellulaire, plâtre, néon, terre et eau, 12m2, variable

Condition 2014, Bois, acier, bronze, laiton, papier carton, sable et eau, 140 x 65 x 6 000 cm. Pièce activée sur une période de 8 semaines à la Temporary Gallery, Köln.

Condition , 2014, Bois, acier, bronze, laiton, papier carton, sable et eau,
140 x 65 x 6 000 cm. Pièce activée sur une période de 8 semaines à la Temporary Gallery, Köln.

Bloc 2 Glace sur Bloc 2 Terre, 2015, glace, terre, bois, acier, 300 x 150 x 150 cm et deux modules de 120 x 55 x 90 cm  Pièce activée à la Cité des Sciences et de l’Industrie

Bloc 2 Glace sur Bloc 2 Terre, 2015, glace, terre, bois, acier, 300 x 150 x 150 cm et deux modules de 120 x 55 x 90 cm Pièce activée à la Cité des Sciences et de l’Industrie

« La pratique de Pauline Toyer s’inscrit dans des investigations propres au land-art (notamment la question de l’entropie) et à l’héritage de la sculpture minimale. L’architecture est pensée en tant que corps à grande échelle qui enveloppe le notre comme une capsule et couche protectrice lui proposant des formes fonctionnelles selon ses besoins. Elle affirme, conserve et mémorise en elle des modes, styles, techniques, matériaux et savoir-faire. Les propositions exposées échappent à toute identification. Dans ces rassemblements improbables, l’artiste crée des rencontres étonnantes et une narration particulière entre ces bribes architecturales. Dans sa production plastique, Pauline Toyer puise souvent dans son « atlas » de formes hasardeuses rencontrées dans la rue. Cette collection de photos documente des arrangements sculpturaux dans les coins de la ville ou des « sculptures de trottoirs ». Des pièces trouvées et transportées dans l’atelier lui servent en tant que matière à jouer, ranger, (dé-)construire, rassembler, ordonner, séparer, déplacer, imbriquer, embobiner. Il s’agit d’un télescopage d’univers architecturaux différents, voire divergents (matières neuves et anciennes, nobles et ordinaires), d’une sorte de théâtre qui mime, exagère et caricature la façon dont l’homme construit et habite. »

Lucia Schreyer

 

Placard 2015, Bois, brique, verre, terre et plâtre, 210 x 70 x 25 cm, variable

Placard 2015, Bois, brique, verre, terre et plâtre, 210 x 70 x 25 cm, variable

Reverso (Pavé, Porte, Cosmos) 2014, 5 sculptures, ciment, verre, résine, carrelage, bois, 200 x 200 x 75 cm

Reverso (Pavé, Porte, Cosmos) 2014, 5 sculptures, ciment, verre, résine, carrelage, bois, 200 x 200 x 75 cm

Plus d’informations

Le site de l’artiste

Talents

Talents est un repérage documenté d’œuvres et d’expositions, une sélection de travaux les plus inspirants du moment.

Pour postuler à Talents c’est ici